15 décembre 2007 : MIHAIL SEBASTIAN

Né en 1907, Mihail Sebastian est un des plus grands écrivains roumains du siècle. Romancier, dramaturge, essayiste et journaliste, il a laissé une oeuvre qui connaît de nouveau un grand succès dans l'Europe entière. Il est mort en 1945, le 29 mai, renversé accidentellement par un camion soviétique.

Sebastian_Journal  Sebastian_Theatre  Sebastian_promenades_parisiennes  Sebastian_Accident

Plus d'infos sur la page de l'émission "Répliques" de France-Culture

07 juin 2007 : DEVANT MA MERE

           Pierre_Pachet_Devant_ma_mere

[ Avec Charles Pennequin, pour La ville est un trou (P.O.L.) ]

« Enfant, m'a-t-on dit, je voulais être avec ma mère, ne pas la quitter, qu'elle ne me quitte pas. On me l'a rappelé plus tard, dès la fin de la guerre, avec attendrissement, ou pour se moquer un peu de mes désirs d'indépendance. À présent, je ne peux plus aller avec elle, ni même près ou auprès d'elle. Dans l'état où elle est, ce que je peux espérer en allant la voir et en y passant du temps, c'est qu'elle regardera dans ma direction, sans me reconnaître vraiment, et qu'elle me permettra ainsi d'être devant elle, de lui parler pour réveiller brièvement sa capacité à mimer une conversation, de lui donner à manger. Je la reconnais, je la regarde, je l'écoute. Malgré notre connivence humoristique de toujours, à présent presque totalement détruite, je me sens comme devant une figure très ancienne, une statue faiblement animée mais puissante, monumentale. »

Pierre Pachet

Plus d'infos sur la page de l'émission "Tout arrive" de France-Culture

17 février 2007 : JOSEPH CONRAD


 

Conrad_Autrement  Conrad_GF  Conrad_Gallimard  Conrad_Bilingue

« Dans Cœur des ténèbres, Conrad parle de la fin des grandes explorations et de l'avènement de la gestion capitaliste dans les colonies ; il parle de la supériorité technologique des Européens ; il parle de la distance entre l'idée colonialiste fondée sur le Progrès et la réalité des formes de la domination coloniale au Congo. Tout cela constituait l'actualité coloniale de 1898. De cette actualité, Conrad ne tire aucune conséquence politique explicite. Cœur des ténèbres, de ce point de vue, n'est pas un pamphlet anticolonialiste. Conrad n'y demande pas, pour l'« État indépendant du Congo », une véritable indépendance. Il n'y suppose pas que les Européens aient à reconnaître aux Africains une quelconque dignité. La dignité des Africains est d'ailleurs ambiguë dans cette nouvelle. Paradoxalement, là résident sans doute la grandeur de Conrad et la puissante actualité de son texte. Cœur des ténèbres parlait aux Européens de 1898 de ce que c'était que le Congo, et de ce qu'ils croyaient que c'était. Mais de cette double réalité Conrad a tiré une aventure de portée bien plus générale, peut-être universelle, d'une portée qui est, en tout cas, sans aucun doute, aujourd'hui encore, d'une immense valeur. »

Sylvain Venayre


Plus d'infos sur la page de l'émission "Répliques" de France-Culture

----------> Archives par noms et mots clés

Suivre l'activité de Pierre Pachet via Facebook :

Contributeurs

.